Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires médiatiques et analytiques, qui peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueillies lors de votre utilisation de leurs services.
Accepter
Configurer
Please check an answer for every question.
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

14/02/2018 ACTUALITÉS

« La Belgique est un pays incontournable pour Total »

Interview de Bernard Pinatel, directeur général Raffinage-Chimie de Total et membre du Comité exécutif de Total, représentant du Groupe en Belgique, dans Échanges internationaux, Unique revue du Comité National Français de la Chambre de Commerce Internationale.

 

Total est leader dans le raffinage et la distribution de carburants en Belgique. Très actif en matière de R&D, le Groupe œuvre à l'amélioration de ses performances environnementales.

Pouvez-vous nous présenter les activités de Total en Belgique ?

La Belgique est un pays historique pour Total : nous y sommes présents depuis près d’un siècle et 4 800 de nos collaborateurs y travaillent. Les activités que nous y exerçons couvrent l’aval de la chaîne de l’énergie : elles vont du raffinage de pétrole à sa transformation en matériaux plastiques, en passant par la distribution de produits pétroliers, de gaz et d’électricité. Concernant notre activité de raffinage et de pétrochimie, nous sommes basés à la fois à Bruxelles, Anvers et Feluy. Bruxelles abrite une partie du siège de la branche Raffinage-Chimie, rue de l’Industrie, à quelques pas des institutions européennes. À Anvers, nous disposons de notre plus grande plateforme européenne de raffinage et de pétrochimie. Enfin à Feluy, se trouvent une usine pétrochimique et notre principal centre de R&D, pionnier dans le développement de nouvelles technologies et de nouveaux polymères.

Au-delà de ses activités industrielles, Total est le leader de la distribution de carburants en Belgique avec plus de 500 stations-service. Total Belgium commercialise également d’autres produits comme des lubrifiants, du fioul de chauffage, des bitumes ou encore des pellets de bois. Total est aussi présent dans la distribution de gaz naturel et d’électricité pour les professionnels et les particuliers à travers sa filiale Lampiris. Avec un million de clients, Lampiris est le n° 3 de la vente de gaz naturel et d’électricité sur le marché belge. En tant qu'entreprise responsable, nous soutenons également des actions de mécénat sportif, social ou culturel. Nous sommes ainsi depuis de nombreuses années un partenaire actif des 20 km de Bruxelles et du Concours Reine Elisabeth, mais également d’associations qui œuvrent dans le domaine éducatif et social.

Quelles sont les caractéristiques de la plateforme raffinage-pétrochimie située à Anvers ?

Notre plateforme d’Anvers, la plus importante du Groupe en Europe, est située dans la zone portuaire de la ville, au cœur du hub Amsterdam-Rotterdam-Anvers. Elle est constituée de trois usines : une raffinerie qui traite 338 000 barils de pétrole brut par jour et dont les activités couvrent la production de produits pétroliers (GPL, essence, diesel, fioul lourd, kérosène, etc.), un complexe pétrochimique qui fabrique des produits chimiques de base et un site de production de polymères, utilisés dans de nombreuses applications domestiques et industrielles, telles que les emballages et les pare-chocs automobiles. Près de 1 700 collaborateurs travaillent quotidiennement sur ces trois sites. Nous venons d’investir plus d’un milliard d’euros à Anvers afin de moderniser la plateforme et la positionner parmi les plus compétitives de l’industrie. Notre objectif est d'adapter notre outil industriel à l’évolution des marchés en orientant sa production vers des produits à plus forte valeur ajoutée et qui répondent aux normes environnementales les plus strictes. Côté raffinage, nous finalisons la construction de deux nouvelles unités qui permettront notamment de produire plus de fuel domestique aux nouvelles spécifications et moins de fuel lourd. Côté pétrochimie, l’objectif est d’utiliser un maximum de matières premières bénéficiant d’un coût compétitif en remplacement du naphta, issu du pétrole et donc plus cher. Nous utilisons ainsi depuis le printemps dernier de l’éthane, provenant du gaz naturel, que nous importons de Norvège et nous pourrons bientôt récupérer et convertir le gaz produit lors du processus de raffinage. La modernisation complète de la plateforme sera terminée dans les prochaines semaines.

Quelle est votre stratégie en termes de R&D ?

Elle est emblématique de notre stratégie globale, à savoir qu’elle est orientée vers les innovations qui nous permettront d’optimiser notre outil industriel (améliorer la disponibilité de nos unités, leur efficacité énergétique, etc.) et de développer des solutions que nous appelons « bas-carbone ». Il s'agit de bioproduits, comme des biocarburants ou des biopolymères, ou de produits permettant d’améliorer l’efficacité énergétique de nos clients, notamment par l’allègement des matériaux. Nous consacrons chaque année près de 350 millions d’euros à la recherche. Nos équipes R&D comptent plus de 300 chercheurs dont la majorité (250) travaille en Belgique, à Feluy. C’est d’ailleurs là qu’a été conçue une de nos innovations majeures de ces dernières années : un polypropylène compound qui permet de concevoir des pièces automobiles plus légères de 20 à 30 % et de réduire ainsi la consommation et les émissions des véhicules.

Comment visez-vous l’amélioration de vos performances environnementales ?

Total s’est donné pour ambition d’être, d'ici 20 ans, la major de l’énergie responsable. Cela signifie avoir une stratégie cohérente avec le scénario de l’Agence Internationale de l’Énergie qui vise à limiter l’augmentation de la température au-dessous de 2 °C. Nos engagements reposent sur trois axes : l’amélioration de l’intensité carbone de notre mix de production, le développement des énergies renouvelables et enfin l’amélioration de l’efficacité énergétique. Au sein du Raffinage-Chimie nous sommes pleinement concernés et mobilisés autour de ces enjeux. Nous nous sommes fixés pour objectif d’améliorer l’efficacité énergétique de nos installations de 1 % par an entre 2010 et 2020 et nous sommes en bonne voie d’y arriver. Nous investissons également fortement dans le développement des biocarburants, avec la construction de la plus grande bioraffinerie de France, près de Marseille, mais aussi des bioplastiques. Courant 2018, nous produirons en Thaïlande du PLA, un plastique 100 % bio et recyclable. Enfin, comme je vous le disais, notre R&D est orientée vers la recherche de solutions permettant un allègement des matériaux et donc, in fine, une réduction de l’empreinte environnementale.

Quels sont vos projets à moyen et long termes ?

Ils sont nombreux mais tous reposent sur notre stratégie qui se résume en trois mots : compétitivité, croissance, innovation. Nous allons poursuivre l’adaptation de nos sites industriels en Europe, comme nous sommes en train de le faire à Anvers, afin de les rendre tous robustes quel que soit l’environnement économique. Nous souhaitons également continuer à nous développer dans la pétrochimie, un secteur en croissance de plus de 4 % par an. Nous avons annoncé au début de l’année des investissements significatifs en Corée du Sud et aux États-Unis et nous ne comptons pas nous arrêter là ! Enfin, l’esprit pionnier étant l’une des valeurs du groupe Total, je souhaite que nous poursuivions notre dynamique pour proposer à nos clients de nouvelles innovations leur permettant de réduire leur impact sur l’environnement.